Actualités

Hanover, Germany

Rubrique CEJA, Numéro 1, Nov 2013

Suite à l'annonce du partenariat entre Massey Ferguson et le CEJA (Conseil Européen des Jeunes Agriculteurs), nous avons rencontré Matteo Bartolini, le président récemment élu de cette organisation.

Nous lui avons demandé de nous parler de l'organisation et de ses projets. Cet article est le premier d'une rubrique consacrée au CEJA publiée périodiquement sur le site Web de Massey Ferguson.

MF : Tout d'abord, félicitations !
MB : Merci ! C'est pour moi un grand honneur d'assumer ce rôle. Les jeunes agriculteurs vivent actuellement une époque cruciale. L'agriculture européenne doit faire face à un important problème démographique. Aujourd'hui, seulement 6 % des agriculteurs européens ont moins de 35 ans, alors qu'un tiers a plus de 65 ans. Ce n'est clairement pas viable.

MF : Pouvez-vous nous en dire plus sur le CEJA ?
MB : Le CEJA est constitué de 30 organisations venant des 28 pays de l'Union, et qui représentent ensemble 1,8 million de jeunes agriculteurs. Nous sommes considérés comme l'un des acteurs les plus importants dans le monde agricole. Notre but principal est d'encourager les jeunes à se lancer dans l'agriculture ainsi qu'à informer, former et représenter les jeunes agriculteurs. Nous les mettons en relation, encourageons le dialogue et nous efforçons également de sensibiliser le grand public aux enjeux de l'agriculture moderne.

MF : Quel a été votre parcours ?
MB : J'ai fondé mon entreprise agricole en 2004 dans la région de l'Ombrie, en Italie. Je me suis fortement impliqué dans les activités de l'Association des jeunes agriculteurs italiens (AGIA) au niveau national. Mon entreprise agricole touche de nombreux secteurs différents, y compris la culture du lin et des truffes, l'agrotourisme et l'éducation.

MF : Nous sommes vraiment enthousiasmés par cet accord de partenariat. Qu'est-ce qui fait de Massey Ferguson un si bon partenaire pour le CEJA ?
MB : En tant qu'acteur incontournable du secteur de l'équipement agricole sur la scène internationale, Massey Ferguson s'efforce de produire des machines fiables et productives, pour aujourd'hui comme pour demain. Cette même vision que nous partageons explique notre partenariat. Ensemble, nous représentons le futur de l'agriculture. J'ai hâte de commencer à travailler avec Massey Ferguson pour assurer un avenir plus viable et plus durable à l'agriculture européenne, et à ses jeunes acteurs.
 
MF : Dans quels genres de projets le CEJA s'implique-t-il ?
MB : Nous organisons des séminaires, des visites, des conférences, nous rédigeons des rapports et nous communiquons les inquiétudes des jeunes agriculteurs aux institutions européennes. Notre campagne Future Food Farmers, par exemple, a permis de mettre en place des mesures favorables à nos jeunes dans la nouvelle PAC et a reçu le second Prix de la communication décerné par la Commission européenne.

Nous menons beaucoup d'efforts pour la sensibilisation du grand public au secteur agricole. Nous travaillons notamment avec les écoles sur des projets éducationnels touchant des millions d'enfants. Nous restons constamment en relation avec les organisations de jeunes agriculteurs et d'autres organismes du secteur, en Europe et dans le monde entier. Nous avons également des liens privilégiés avec différents organismes pour la jeunesse dans le monde.

MF : Quels sont les problèmes actuels ?
MB : Les jeunes agriculteurs ont grand besoin du soutien du grand public pour garantir la sécurité alimentaire dans les décennies à venir. Ceux qui souhaitent se lancer dans le secteur se heurtent à des obstacles tels que l'accès difficile à la propriété, au capital et au crédit, de faibles retours sur investissement et une vision floue à long terme. L'Union Européenne s'est récemment penchée sur ces problèmes avec la réforme de la PAC. Cela a abouti à des mesures favorables aux jeunes agriculteurs ; mais il reste à les appliquer de manière stricte et efficace. C'est ce à quoi le CEJA va travailler.

«Les jeunes agriculteurs ont grand besoin du soutien du grand public pour garantir la sécurité alimentaire dans les décennies à venir. »