Actualités

Rubrique CEJA, numéro 8, juin 2014

La Commission européenne a lancé son observatoire européen du marché du lait au mois d'avril. Dans la rubrique mensuelle du Conseil Européen des Jeunes Agriculteurs (CEJA), nous avons demandé à son président, Matteo Bartolini, de nous expliquer ce que nous réserve ce nouvel organe.

MF : Quel est le but de l'Observatoire européen du marché du lait (MMO) et quelles sont ses prérogatives ?
MB : Il s'agit de fournir des données publiques au sujet de la transparence, complétées par une analyse de marché, des rapports prospectifs sur le court terme et des réunions régulières avec un conseil économique. L'Observatoire renforcera la capacité de la Commission à surveiller le marché du lait et aidera le secteur à s'adapter au nouvel environnement, une fois que le système de quota des produits laitiers, en place pendant les 30 dernières années, sera aboli le 31 mars 2015.

Le commissaire a lancé l'idée d'un tel observatoire pour la première fois lors de la Conférence sur le lait de septembre 2013, à laquelle ont assisté de nombreux jeunes agriculteurs du CEJA. La conférence a réuni toutes les parties prenantes de la chaîne d'approvisionnement des produits laitiers – des producteurs aux transformateurs et distributeurs laitiers – afin de discuter de l'avenir du secteur après l'abolition des quotas.

MF : Que représente le secteur laitier dans l'UE ?
MB : Tous les États membres de l'UE produisent du lait et ce secteur représente à lui seul environ 15% de toute la production agricole de l'UE. L'UE est le principal exportateur sur le marché mondial des produits laitiers, notamment des fromages. Pour certains États membres, il s'agit là d'une part cruciale de leur économie agricole. L'ensemble des États membres de l'UE a produit environ 152 millions de tonnes de lait en 2011 mais ce volume devrait s'accroître à mesure que la demande mondiale augmente et que les quotas de l'UE vont être supprimés. D'aucuns savent que les quotas laitiers peuvent représenter un sujet litigieux en Europe et la seule mesure concrète de la conférence sur les produits laitiers qui ait été adoptée fut la mise en place de l'Observatoire du marché du lait.

MF : Dans quelle mesure l'amélioration de l'information et de la transparence aidera-t-elle les producteurs et les transformateurs ?
MB : Cela devrait au moins faciliter la production et la planification sur le court terme. C'est pourquoi le CEJA a vivement souhaité contribuer au processus. Les jeunes agriculteurs sont des parties prenantes particulièrement pertinentes car ils seront considérablement affectés par le régime qui suivra l'abolition des quotas laitiers. Il ne s'agit pas seulement du fait qu'ils représentent l'avenir du secteur, plutôt que son passé. C'est aussi parce qu'ils sont les mieux à même de saisir des opportunités pour développer et accroître la production, là où c'est possible.

MF : Comment le CEJA s'implique-t-il ?
MB : Le conseil économique du MMO (Milk Market Observatory) est composé des parties prenantes du marché du lait, y compris les deux vice-présidents du CEJA. Le conseil examinera les données générées et apportera de nouvelles informations pertinentes. Une analyse viendra compléter les données statistiques. Les réunions du MMO figureront dans des rapports qui seront accessibles librement. L'ensemble de la présidence du CEJA a assisté à la réunion de lancement du 16 avril. Nos deux représentants – nos vice-présidents, l'Irlandais Alan Jagoe et l'Allemand Matthias Daun – sont tous deux de jeunes agriculteurs. Ils participeront à toutes les futures réunions du conseil afin d'apporter leur expertise et informer la Commission et les autres parties prenantes de la situation actuelle sur le terrain, dans leurs États membres respectifs, à partir de leur perspective de jeune agriculteur. La première de ces réunions a eu lieu le 27 mai à Bruxelles. Parmi les autres parties prenantes dans le groupe, on trouve le lobby agricole sénior, COPA-COGECA, ainsi que des représentants du secteur issus de la European Dairy Association (EDA), des représentants commerciaux de Eucolait et du réseau de distribution Eurocommerce.

MF : Comment peut-on avoir accès aux travaux du MMO ?
MB : Ensemble, l'expertise de ces représentants contribuera à l'analyse des informations disponibles, stimulera la discussion entre différents maillons de la chaîne de distribution du lait et contribuera à prévoir l'avenir à court terme du marché du lait. Ces données seront directement accessibles sur le site Internet du MMO, ainsi que les rapports sur le court terme du MMO, qui prennent en compte l'analyse et les points de vue du groupe d'experts. Le site Internet du MMO est ouvert à tous. Cela facilitera l'accès aux données et l'analyse du marché du lait et améliorera, en conséquence, la planification de toutes les parties prenantes dans la chaîne d'approvisionnement du lait, ce qui générera des meilleurs bénéfices sans pour autant signifier une hausse des prix. Au vu de l'importance du marché du lait dans l'UE, il est indispensable de fournir aux producteurs autant d'outils que possible pour qu'ils soient en mesure de s'adapter aux nouvelles conditions du marché.

Vous pouvez consulter le site Internet à l'adresse suivante : http://ec.europa.eu/agriculture/milk-market-observatory/index_en.htm
Pour joindre Matteo Bartolini ou le CEJA, par courriel allusers@ceja.eu

Allez à : Page Facebook mondiale de Massey Fergusson
Allez à : Page Facebook du CEJA Jeunes agriculteurs