Actualités

Rubrique CEJA, numéro 9, juillet 2014

Dans la rubrique mensuelle du CEJA (Conseil Européen des Jeunes Agriculteurs), son président, Matteo Bartolini, examine les plans de mise en œuvre de la PAC.

MF : À la proche des congés estivaux, les pays membres de l'Union Européenne (UE) doivent soumettre leurs plans de mise en œuvre de la politique agricole commune (PAC) à la commission européenne. Quelles sont les répercussions prévisibles ?
MB : Cette nouvelle PAC, comme nous l'avons signalé précédemment dans cette rubrique, se concentre sur la flexibilité pour tous – pour les États membres, les régions et les agriculteurs. Par conséquent, il est assez difficile à l'heure actuelle de se faire une idée précise de l'impact de la nouvelle PAC. Nous savons quelles sont les options disponibles pour les États membres et les agriculteurs mais nous ignorons celles qui seront choisies et comment elles seront mises en place.

MF : Est-ce une source de préoccupation ?
MB : Le CEJA est inquiet au sujet de la mise en place des mesures pour les jeunes agriculteurs, au cas où les États membres chercheraient à minimiser l'impact de ces mesures au lieu de les maximiser. Cela créé une situation inégale entre les jeunes agriculteurs de l'UE, en fonction du soutien de leur État membre envers la jeunesse dans le secteur agricole et de leur mise en œuvre de la PAC.

MF : Où en sommes-nous à l'heure actuelle ?
MB : Pendant la réunion du conseil du mois dernier, tous les ministres ont été appelés à informer le conseil et la commission au sujet de leurs plans de mise en œuvre de la PAC – notamment en ce qui concerne les sujets budgétaires qui relèvent du dossier des paiements directs (soutien au revenu). Ceux-ci comprennent la possibilité de transférer des fonds entre leurs budgets de paiements directs et de développement rural, leurs niveaux d'aides couplées, leurs besoins d’agriculteurs actifs, mais également l’utilisation des mesures de plafonnement et de redistribution. En plus de cela, il y a leur méthode de calcul et la limite d'hectares pour les calculs des paiements aux jeunes agriculteurs (les États membres peuvent choisir entre quatre méthodes de calcul différentes).

MF : Quelle est la position du CEJA ?
MB : Le CEJA appelle tous les États membres à choisir l'option de calcul qui correspond le mieux à leurs secteurs agricoles, sur la base d'un maximum de 90 ha, afin de maximiser le paiement aux jeunes agriculteurs partout où il est possible de le faire. Comme vous pouvez le savoir, en raison de la méthode de calcul des paiements directs supplémentaires aux les jeunes agriculteurs, selon votre État membre, les niveaux d'aide reçus peuvent varier de manière importante. Cependant, tout jeune agriculteur éligible au cours des cinq premières années de son activité, recevra un paiement additionnel – c'est une très bonne nouvelle.

MF : Quelles sont les prochaines étapes ?
MB : Il faut absolument que les agriculteurs disposent dès que possible des informations nécessaires au sujet du soutien qu'ils recevront afin qu'ils puissent planifier leurs investissements le plus tôt possible. Cela leur donnera la perspective d'avenir dont ils ont besoin pour prendre les bonnes décisions concernant le futur de leur exploitation agricole. Les perspectives à long terme sont déjà suffisamment difficiles pour les agriculteurs, compte tenu des fluctuations des prix, de l'incertitude des marchés, ainsi que des facteurs imprévisibles comme la météo, les nuisibles et les maladies. Malheureusement, peu d'États membres ont eu accès à un aperçu détaillé de leurs plans de mise en œuvre de la PAC pendant la réunion du conseil du mois dernier. C'est dû en partie au fait que la réunion était dédiée à la question très controversée de l'avenir du secteur laitier, dont nous avons parlé dans la rubrique du mois dernier. Même si certains États membres ont déjà publiés leurs plans, y compris le Royaume-Uni et la France, les autres doivent attendre jusqu'au 1 août 2014 (au plus tôt) pour connaître le montant de leurs paiements au début de 2015. En attendant, le CEJA a essayé
de rassembler autant d'informations que possibles et d'informer nos jeunes agriculteurs dans toute l'Europe afin qu'ils se fassent au moins une idée du soutien qu'ils peuvent espérer recevoir.

Pour joindre Matteo Bartolini ou le CEJA, envoyez un courriel à allusers@ceja.eu

Allez à : Page Facebook mondiale de Massey Fergusson
Allez à : Page Facebook du CEJA Jeunes agriculteurs